8 mai 1945 – entretenir le souvenir

8 mai 1945 – entretenir le souvenir

En cette période de crise sanitaire mondiale, le souvenir de la fin de la seconde guerre mondiale résonne avec un écho particulier « Sortir de guerre, c’est comme sortir de prison » disait Charlie Chaplin.
Je vous laisse trouver les parallèles qui vous conviennent.
Le 8 mai 1945, l’Europe sort dévastée d’un conflit qui aura révélé le pire de ce que des hommes pouvaient infliger à d’autres hommes. Un conflit planétaire qui aura plongé l’humanité dans la guerre civile. Un conflit qui aura marqué le XXe siècle d’une tache indélébile
Le 8 mai est un soulagement et une promesse.
Un soulagement bien sûr, après tant de morts, après tant de souffrances dont on perçoit mieux aujourd’hui ce que cela représente au regard de ce terrifiant résultat de 270 000 morts du covid-19 dans le monde. Le bilan humain de la seconde guerre mondiale c’est 60 millions de personnes qui ont perdu la vie en 6 ans de conflit ce qui représentait environ 2,5% de la population mondiale de l’époque. 6 millions de personnes, victimes de l’Holocauste, furent tuées dans les camps de concentration et d’extermination. Cette guerre fit plus de victimes civiles que de victimes militaires. La France pleure six cent mille morts. Les millions de blessés garderont les stigmates de cette guerre jusqu’à la fin de leurs jours. Des familles ont été séparées ; des vies ont été brisées.
Le bilan matériel est tout aussi terrifiant. Des villes rasées de la carte, des économies ruinées. Le 8 mai 1945 scelle la fin de la guerre en Europe, avec la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie. Mais la victoire n’est pas triomphante et chacun garde en souvenir les erreurs du traité de Versailles. Le 8 mai 1945 doit être la promesse d’une paix durable.
Cette promesse, elle s’incarne par des institutions nouvelles à travers les Nations-Unies, et la construction européenne. Cette promesse, elle vient sceller la victoire du droit sur la force, avec la notion de « crimes contre l’humanité », par nature imprescriptibles. L’héritage de la seconde guerre mondiale, c’est aussi la Déclaration universelle des droits de l’Homme.
Aujourd’hui, 75 ans après la fin de la guerre, nous sommes à la croisée des chemins. Cette commémoration est importante car nous rendons l’hommage de la nation toute entière aux victimes civiles et militaires qui hier ont payé de leurs vies notre liberté d’aujourd’hui.
Et en même temps, il nous appartient de donner une dimension nouvelle à cette commémoration. Il ne s’agit plus de célébrer la victoire d’un camp contre un autre, mais bel et bien de célébrer la réconciliation.

Car c’est aussi par l’amitié et la fraternité entre des peuples que l’on construit une paix durable. C’est aussi par l’amitié et la fraternité entre les peuples que l’on transforme un idéal en une réalité.

On dit de la crise sanitaire que nous traversons qu’elle ouvrira peut-être la voie d’une autre façon d’engager nos sociétés. Une autre façon de produire et de s’organiser. J’en accepte l’augure.
Mais plus simplement faisons en sorte de retrouver pour convaincre, l’énergie, l’optimisme de nos ainés, et le lien social qu’ils avaient su créer après la guerre.
Christian Taillandier

 

8 mai 1945 une date clé de l’histoire de notre pays par l’association du Souvenir Français 

Le 7 mai 1945 : signature de la capitulation Allemande. À 2h 41 du matin, à REIMS au lycée professionnel de la ville. Remplacent l’amiral Donitz, chancelier du Reich suite au suicide de HITLER le 30 avril, que le général Alfred Jodl SIGNE la capitulation sans condition de l’Allemagne. Les combats doivent cesser à 23h01.

Le 8 mai, la capitulation générale allemande est signée à Berlin par le maréchal Wilhelm Keitel. La France est représentée par le Général de Lattre de Tassigny.

à 15h00, les cloches de toutes les églises françaises sonnent donc officiellement la fin de la guerre.

Le général de Gaulle déclare dans un message radiophonique

« La guerre est gagnée. Voici la victoire. C’est la victoire des Nations Unies et c’est la victoire de la France ».

Le 8 mai marque la fin de la guerre mondiale en Europe Occidentale qui a fait PLUS DE 36 millions de morts.

5 ans et 8 mois de racisme-de haines- et de tortures.

La reddition sans condition de l’Allemagne met fin au NAZISME.

Le 20 mars 1953, le 8 mai a été déclaré jour férié de commémoration, en France

Le 02 octobre 1981 : La commémoration de la victoire du 8 mai 1945 devient aussi celle de la libération des camps de concentration. Par la loi N° 81-893.

Souvenons-nous- et Transmettons notre passé pour ne plus subir les atrocités d’une guerre.

A nous le souvenir à eux l’immortalité

Publié dans a_la_une.